Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

marches menant aux ruines du château de Noyers Sur Serein, un responsable Hollandais passionné vous y  guide et vous informe sur les fouilles et l'histoire, des stages de sculpture y sont proposés, l'un des plus beaux villages de France du Morvan

Il y aurait l'amour en toute saisons

Celui des feuilles mortes

Et des feuilles écrites

Celui qui s'avancerait à l'orée

Pénètrerait dans ton bois

Celui qui descendrait de sa tour de garde

Celui qui te laisserait respirer

Je ne serais ni ta bécasse  ni ta biche graciée

Je ne serais qu'une femme

Sans le parfum des bénitiers

Je prendrais l'odeur des grands forestiers

L'humidité des mousses

L'argenté des lichens

Je sentirais les girolles et les cèpes

Me vêtirais de plumes et de pelages

Danserais sous les pluies

Sauterais dans les ruisseaux

T'apparaitrais nue et affamée

Je suivrais une rivière

En retirerais des perles brillantes

Je caresserais tes failles

Ton roc tes vallons et tes granits

Je te ferais paysage

Grand arbre et feuillage

Beau cerf et champignon

Je dorerais ta peau sans la friper

Je t'accueillerais dans mes retraites

Colorées et sauvages

Tu m' épaissirais encore

Me tendrais comme un arc

M'arrondirais sous ta flèche amoureuse

Je serais ta voie vivante

Ta couleuvre ou ta grenouille

Ta belette ta lapine ta chatte sauvage

Je serais ta louve ta laie ta marte

Me glisserait sous tes branches vivaces

Je me ferais truite ou pipistrelle

Chouette et hirondelle

Chienne renarde

Noisette et pomme

J'emprunterais même la tête de la petite ourse

Emprunterais le manteau de l'automne

Pour en couvrir tes grands froids

Puis celui de l"hiver

Enfin je l'espère

Je te donnerais un peu de ce calcaire

Tu me donnerais un peu de ce granit

A deux si nous voulions

Nous redessinerons toutes les saisons

Nous y ajouterions les parfums de l'amour

A deux si nous voulions

L'automne garderait son été

L'hiver regarderait toujours le printemps

Le bocage nous roussirait

Nous pataugerions dans les tourbières

Refléterions l'éclat des fluorines

Celles du quartz et de la serpentine

Nous rajeunirions un peu

Je serais ta petite graine de folie

Tu serais mon châtaignier non teigneux

Même les brumes s'en ouvriraient

Chiens et chats en souriraient

Je ne serais ni Pénélope ni Barbie

Juste ton égale