Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Devant les portes du handicap

J 'ai déposé armes et feux

Des larmes en dents de scie

Rires gauches et sincères

Errances futilités ripailles

Patiences débilités travail

Révoltes fragments et brisures

°

Je ferme des portes immaculées

Ouvre celles des lignes

Des formes et des couleurs

Je ferme des portes

Des murs blindés

°

M'y engouffre autrement

Les muscles en cisaille

°

J'ai écouté bien des morts

Qui s'animaient à peine

En ais vus courir

A perdre haleine

Marcher sans but ni haine

Qui ont perdu la vie

Tirés comme des dès sur un grand échiquier

°

Je ferme des portes

Ouvre des fenêtres

Je mâche des mortes

Mange leur salpêtre

Cannibale symbolique

°

Je suis une rousse évidemment

Sous mes cheveux trop raides

Le musc en éventail

°

Devant les portes du handicap

J'ai déposé mes organes mes yeux

J'ai sorti tout l'amour

Qui bloquait nos voeux

°

J'ai de la frousse certainement

Sous d'autres mots qui m'aident

Le corpus qui me travaille

°

S'agit-il du corps ou de la tête

Si tu m'appelais ce soir

Je viendrais à toi

Nue comme un vers

Avec des mots de sable

°

Tu ne sauras jamais tout

Je ne tiens pas à tout savoir

Devant tes portes boisées

Moi aussi j'ai poussé

°

J'ai quelque-chose à faire

°

Je suis une gousse assurément

De celles qui ne se dessèchent

Que pour éviter quelques couteaux

°

Je merle des fortes bien gangrenées

Sifflote les dignes

Des hommes et des labeurs

Crème une aorte

Aux mains signées

°

J'ai quelque-chose à dire

Tag(s) : #Mes textes dégagés