Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La nuit d'un poème

La nuit m'éveille

Si je porte la jeunesse en cuirasse

Il me faut caler ma nuque

Sur des oreillers en forme de bohème

Il me faut me tendre et m'étirer

Tel un bourgeon de patience

-

Du vacarme s'échappe qui provient du mur

Je ne sais pas ce que c'est

Le souffle d'une tempête

Qui entrerait sans frapper

Je ne m'en soucie pas

Bruits et rumeurs ne m'effraient plus

Vos esprits sont morts

N'en garde que des lettres

-

Là où vous voyez des fantômes

Je parcours la galaxie

Là ou vous ruisselez de haine

Je me parfume de poésie

-

Tout être a droit de cité

Tout mot doit être envisagé

-

Voyez nos visages

S'ils reflètent vos rancunes

Ils tracent des avenirs

S'ils se plissent et s'en rident

C'est pour embrasser la lune

Et ses revers

-

Nous brandissons nos plumes

Comme les idiots des massues

-

Voyez nos images

-

Elles ne trichent mais tracent

Des esquisses des écorces

à chacun sa manière

En s'aidant des autres

-

La poésie ne s'avoue jamais vaincue

Elle ne manque qu'aux êtres dépeuplés

Tag(s) : #pauséie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :