Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La poésie du peu

Je vis ma vie ma volonté jusqu'à mon orgueil

Dans la mesure des mes capacités

Le chat s'en accommode

Nous sommes biens seuls

Pas tristes

Pas sinistres

La poésie se promène sans entraves

Jusqu'à ses crus

Elle rebondit du jardin aux cloisons

S'échappe par des trous de fourmis

Elle est cet éclair de soleil sur un vieux poteau

L'illumination du toit en plastique d'un piètre cabanon

La langue de bois d'une fleur artificielle

Une fenêtre sur la mer

Qui n'est qu'un reflet sur le pont d'un tableau

Je ne sais où vont mes mots

Ils voyagent au gré du vent

Ceux des indiens m'atteignent

Me peignent de chair et de sang

Je ne sais quel est leur accent

Il parfume mes regards de feuilles et d'innocents

Je perds des mots au hasard des saisons

Il est en tant qui m'imprègnent

Ils sont des cœurs tambours

Des mots d'amour

Qui n'ont nul besoin d'arènes

La poésie se révèle sans bagages

Sinon des sas qui se partagent

Elle fait écho à l'humain

Ils ont écrit vous êtes un peu poète

Ce peu qui m'appartient

C'est de ce lieu que se redressent des corps atrophiés

Tag(s) : #pauséie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :