Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

à Faustine,

 

Mon espace diminue
Mais tu seras toujours le bienvenu
Toi, l'étranger
Même si tu ne le sais pas

Ils auraient les moyens
De faire cesser les combats
Je n'en suis pas sûre
Me faudra- t'il relire le poète

Irai-je lui demander s'il a rêvé
Qu'un ouvrier achète son usine

Et qu'un poème
Guérirait plus vite une angine
Que tous ces anti-corps, anti-âmes

Et qu'une âme errante
Puisse s'arrimer
Dans les creux ravis des lettres réunies

Ton espace diminue
Mais je serais toujours la bienvenue
Moi, l'étrangère
Même si je ne le sais pas

Il existe des plages de poèmes
Se multipliant à l'infini
Et des forêts neuves de mots nouveaux
Qui s'implantent
Avec l'aplomb des bouleaux pionniers

Il existe des mots comme des mains réunies
Qui voyagent à la vitesse de la lumière

Et des étoiles mortes qui jamais ne meurent

Tag(s) : #pauséie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :