Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

je mange de la soupe

des sardines

de la soupe

un œuf

de la soupe

des pâtes

de la soupe

des lentilles

de la soupe

des crevettes

de la soupe

de la soupe

de la soupe

de la soupe

de la soupe

de la soupe

Je m’attends à en manger encore et encore

De la soupe et des pommes

De la soupe et du miel

 

Je ne vous crois plus

Ne crois que les poètes

Les vrais

Il y a de faux poètes

Comme il y a de mauvais prophètes

Je ne vous entends plus

Ne vois que nos misères

 

Mais plus encore

Les misères pire que les nôtres

Celles dont vous êtes responsables

Vous

Les sans cœur

 

Je me retire

M’efface encore

Je descends

Je ne tombe pas

 

Je me retire

M’efface encore

Je ne désespère pas

 

Je souris

Je descends

Je descends à une vitesse vertigineuse

 

Je ne meurs pas

Pas encore

Je ne suis pas pressée

Je ne suis pas suicidaire

 

Je souris

Je descend

 

Je ne vois pas de tunnel

Je ne vois pas de pont

Je ne vois pas de route

Je ne vois pas de chemin

Je ne vois aucun dieux

Sinon ceux des autres

 

Je ne vois pas de folie

Je ne me tiens pas droite

Je me tiens mal

Je suis de traviole

Je ne fais aucun bilan

 

J’envoie des lettres

Des lettres

Des lettres

Des lettres

Des lettres

Des lettres

Des putains de lettres inutiles

 

J’ai fait des papiers

Des papiers

Des papiers

Des papiers

Des papiers

 

Des demandes

Des demandes

Des demandes

Des demandes

Ce n’est pas fini

Ça n’ en finira pas

 

Il faut des preuves

Des preuves

Des preuves

Des preuves

Des preuves

Des preuves

De nos misères

 

Il n’y en a jamais assez

 

Nous sommes accusés de simuler

Nos douleurs

Accusés d’être devenus

Des assistés

Accusés de ne plus aimer

Accusés de trop aimer

Accusés de mal aimer

Accusés de ne pas écrire

Accusés de ne plus écrire

Accusés de ne pas savoir écrire

Accusés d’en écrire trop

Ou pas assez

Accusés d’avoir peur

Accusés de nous effacer

 

Nous sommes comme tout le monde

Le travail et l’argent en moins

L’âge en plus

Le handicap plus ou moins prononcé

Plus ou moins visible

Ça fait toute la différence

 

Je descend

Je descend

Je descend

Laissez-moi descendre plus bas encore

Laissez-moi toucher le fond

 

Je n’ ai pas peur

Non

Je n’ ai pas peur

 

Je connais précisément mes limites

Je me connais bien

Je me connais mieux que n’importe qui d’autre

 

Je n’ai aucun regret

Pas la peine d’insister

Aucun regret

 

Laissez-moi descendre plus bas encore

Sous le fond du fond

 

Je sais moi où je veux aller

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :