Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-PAN! T'es mort Abdelkhader! s'est exclamé mon pote Rachid.


AAAAH!Je meures, je me meurs! je lui ai répondu. Et là, je me suis affaissé doucement sur les décombres de ce qui fut un carrefour, des maisons. Je suis devenu un vrai pro pour imiter les morts, aussi bien qu'à la Télévision, j'ai pensé.


Et puis, j'en ai eu marre de faire toujours le mort. Alors, je me suis relevé en colère et je lui ai crié à Rachid:


-Pourquoi c'est toujours moi qui fait le mort d'abord, hein! Pourquoi pas toi?


-Parce que je suis le plus fort, il m'a répondu Rachid, et c'était vrai, mais c'est pas une raison, je me suis dit.


-Et puis, tu ne le fais pas encore bien le mort, il a ajouté.


Alors là, ça m'a tué! enfin! C'est une façon de parler.


-Et c'est comment qu'il faut faire, à ton avis, monsieur je sais tout? je lui ai demandé, et j'avais bien envie de le taper à ce moment.


-Regarde-moi bien! Attends que je m'éloigne un peu et tue-moi!


Je me suis relevé en riant. je n'ai entendu que mon rire, à ce moment- là, j'en suis sûr, que mon rire. J'étais content. C'était Rachid qui faisait le mort!
Alors, j'ai brandi ma super mitraillette en bois, j'ai visé la tête et j'ai tiré, une longue salve:


-PAN! PAN! PANPANPAN! PAN!PAN!


Y'a que là que j'ai entendu le vrombissement, et puis la détonation.


J'ai reculé d'un seul coup en lâchant ma mitraillette, je me suis retenu de pas tomber, j'ai mis mes bras devant ma tête. Y'a un truc qui m'a frappé la tempe et ça m'a fait très mal. J'avais du sang sur la main. Y'avait comme des nuages énormes de fumée.
Je voyais plus Rachid. J'avais les jambes qui tremblaient. On aurait dit que c'était l'hiver tellement il faisait froid. Et j'ai pensé:
Rachid, Rachid, Rachid.
J'étais paralysé, et puis j'ai avancé tout doucement. C'était un jeu de toute façon, juste un jeu.


J'ai cherché partout dans les gravats. C'était bien pire qu'avant. Il y avait comme un grand trou. Et puis, je l'ai vu, Rachid. Il était allongé sur le dos, les bras en croix et la tête tourné sur le côté. Il y avait du sang sur ses habits et dans ses cheveux.


Ce n'est qu'un jeu, j'ai pensé. Et puis, je me suis agenouillé et j'ai posé doucement sa tête sur mes genoux.


-C'est pour rire, Rachid, j'ai dit tout bas. C'est juste pour rire.


Et puis j'ai levé la tête et j'ai vu l'avion au loin, et j'ai crié:
-C'était pour de faux! c'était pour de faux!


C'est tout madame. je vous jure que c'est tout. je peux m'en aller maintenant? Dîtes madame, c'est ma faute s'il est mort Rachid?

Tag(s) : #Mes textes dégagés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :