Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Hier, je dormais sous un soleil d'automne, sur un hamac aux bercements monotones. Jeux désormais? Je, des ors, mais... des arts, désirs, désordres...



Je dormais, je dors encore, je dors en bordure de mes rêves, en zébrures de verre, en pantoufles de vair, en cartouches à terre. A taire? à taire et à plaire? A terre? A terre et au feu de mes flancs, mes flancs flambés, mes flancs vanillés, mes flans en cuisson d'amour, mes oeufs aux lait, tes oeufs au plat. je mélange...



Tes oeufs au lait, mes oeufs au plat, mes yeux à plat, leurs blancs battus en neige, leur or battu en brèche, en crèche... d'amour, mes yeux fouettés, fouettant l'azur et l'horizon inaccessible, invisible, fouettant l'azur et l'oraison... funèbre, souhaitant l'air pur et la raison... du nègre...



Du nègre? et pourquoi pas ? et papa, pourquoi pas?
Mon papa à moi en moi, qui vit, qui meurt, qui s'agite dans mes cellules puis s'endort. Il dort et tant mieux! s'il dort.



Il voulait dormir. Pas moi! Pas si longtemps, juste pour me réveiller, pour me rêver bleu, bleu de Prusse ou bleu de prunes? bleus de corps ou bleu de sienne, DE MIENNE! DE MIENNE! que le bleu ne me vienne pas du ciel mais du torrentiel, DU TORRENT! CIEL! plus du tort en ciel.



Je dormais, je dors encore néanmoins, néant en moins, assise sur mon séant, ciel! séanciel? Existent-ils des séances- ciel! Pas pour moi! Mais les sens- étoiles, les sens- et- toi, les sens- et- vous. Sens! Sens! Sens!



Plutôt l'essentiel, les sens, ciel! LE SENS SANS CIEL, le sens essentiel, mon sens à suivre, mon sens à diriger, mon sixième sens, mon sens fée- mine- un, mon sens à vivre, vivre de mes sens et ivre de mon sens et le contraire, mon sensamoi, nourri de vos sensavous, mon sang s'aboie mais ne se boit pas.
Bon sang! ne saurait me mentir, mon sang d'amour, mes chants d'amour,
Mes champs, DAME, ourlés de grains de blé,
Tes chants, DAME, perlés de graines noires,
Dame, ma mère, maman,
Ma maman à moi,
Qui s'est inventé une maladie,
PARKINSON!
Pas l'angoisse, NON! NON!NON!
Pas l'angoisse! pas la mort! Pas l'enfer!
Pas le paradis!
Pas le "pars! a dit" le Bon Dieu.
Parking! Sonne! Son purgatoire.




Ceci dit, elle est malade, ma maman, elle ne marche plus, ne parle plus, parce qu'elle ne peut plus, et les médecins n'y peuvent rien.

Tag(s) : #Mes textes dégagés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :