Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


 Rumeurs, ou le cadeau de Catherine.
 Fait divers véridique qui s'est passée en l'an 200O, je crois, dans un village de France.
 Professions et noms fictifs, evidement. Et j'ai brodé évidemment.,  



C’est l’Bernard, le fils du pharmacien qui m’a raconté comment ça s’était passé. Il y était chez la Catherine. C’était la veille du nouvel an.


Le village était désert. La moitié des habitants étaient partis réveillonner ailleurs. Il ne restait que les vieux, calfeutrés chez eux. Faut dire qu’il faisait un froid! L’Paulo, l' fils du maire, il a invité l’Bernard chez lui. Tu sais bien. C’est la plus grosse maison bourgeoise, à l’entrée de l’usine, l’ancienne maison du directeur.
L’Paulo, il est doué pour les études, et avec sa grande gueule, comme son père quoi! Il en impose. C’est l’ chef si tu veux. Y’avait toute sa bande. Des p’tits cons! On aurait fait pareil au même âge.
Y’avait Clara, la fille de l’épicière, la régulière du Paulo, bien roulée, rien dans la tête. Et puis l’Titof, le fils du toubib, et l’Michou, c’est l’fils du Jeannot. Tu l’connais l’Jeannot. C’est le receveur.
Tu connais les jeunes. Ils ont picolé. Ils s’ennuyaient. C’est l’Paulo qu’a eu l’idée.


Ils ont pris des bouteilles dans la cave et ils sont allés chez la Catherine. Elle était toute belle, y m’a dit l’Bernard. Robe rouge échancrée, bas résilles, talons aiguilles, et je ne te parle pas du maquillage. Elle s’apprêtait à sortir. Tu penses bien qu’elle allait rendre visite au Fredy ou à l’Ahmed. Y parait qu’elle se tape tous les bougnoules qui ont laissé leurs femmes au bled. Cette pute! Elle ne se fait même pas payer! Tu te rends compte!


Quand ils sont entrés, elle a eu peur et elle a voulu sortir, mais l’Paulo et L’Michou, ils l’en ont empêchée. Ils lui ont dit de s’asseoir et ont voulu trinquer avec elle. La Clara, elle était ivre, la gamine. A cet âge-là, ça ne tient pas l’alcool. Elle s’est mise à danser avec la Catherine et elle a cherché à savoir si elle avait une culotte, puis elle l’a embrassée sur la bouche. Là, l’Paulo, il s’est mis dans une rage folle. Il a sauté sur la Catherine. Elle s’est débattue, la garce! Alors, il a demandé aux autres de l’aider à la maintenir. L’Bernard, il croyait que c’était une blague et il a obéi. Quand il a vu le sang, c’était trop tard.
 

C’est la mère Jules qui a appelé les gendarmes. Elle est toujours derrière sa fenêtre à épier tout le monde. Alors, quand elle a entendu du bruit, puis des cris, elle est venue frapper à la porte.
L’Paulo, il a tout pris sur lui. Un brave gamin! Il est en taule, à Dijon. T’imagines! La Catherine elle va avoir droit à des dommages et intérêts, parait-il! Quand même, ces sales PDs! Ils sont capables de violer nos mômes! Il a bien fait de la couper! L’Paulo, il ne s’est pas démonté. Il leur a dit aux flics:
« j’voulais casser du PD ». Pour sûr! C’est pas des gens normaux!



Il y a ceux qui s'en sont offusqué, mais tous les autres, ceux qui pensent comme le narrateur fictif...

Dans la vraie histoire, il ne s'habillait pas en femme.

Tag(s) : #Mes textes dégagés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :